Mangeuse d'Art

La création à l’heure de la réalité virtuelle

Donner corps au récit à l'heure du numérique

Attention, expo O.V.N.I. !
J’avais plein d’autres sujets à partager avant celui-là, dans le cadre de ma résidence à Montréal. Mais ce sujet passe en premier, parce que l’exposition « Sensory Stories » a vraiment quelque chose de nouveau, et que si vous avez la chance d’être en ce moment à Montréal, il ne vous reste que jusqu’au dimanche 21 août pour y assister.

Sensory Stories (« Histoires sensorielles ») présente 14 œuvres artistiques innovantes autour de la réalité virtuelle (VR) et augmentée, des technologies de visionnage à 360 degrés, des films interactifs et des interfaces tactiles. Une expérience super ludique dans laquelle il est impossible de ne pas s’amuser, en plus de l’efficacité avec laquelle l’émotion peut être transmise quand on est en totale immersion.
En pure néophyte, je suis restée scotchée par ce que ces nouvelles technologies peuvent apporter à une expérience artistique. Bienvenue dans ces nouveaux médias qui mobilisent toutes les façon de percevoir, vue, ouïe, toucher et même odorat. Dans cette sélection, vous trouverez  chaque fois un lien pour tester l’expérience par vous-même.

The Turning Forest

MDA-TheTurningForest

Casque VR et vibreur dorsal

Equipé de lunettes en réalité virtuelle, on plonge dans un dessin animé fantastique, où l’on joue dans la forêt puis l’on monte sur le dos d’un dragon. Muni d’une plaque vibrante sur le dos, on sent même la terre trembler quand la grosse bête s’approche ! Les yeux aussi ont leur rôle : en fixant ce que l’on veut toucher, certains éléments de l’image réagissent.
Comme dans un beau dessin animé dont vous seriez le héros sensoriel, on réveille son âme d’enfant.

Famous Deaths (« Morts célèbres « )

MDA-FamousDeath3 MDA-FamousDeath2

Si j’avais su qu’un jour je me substituerais à un cadavre et que j’entrerais, en réel pour le coup, dans un caisson réfrigéré de morgue… pour revivre en plus les derniers moments de John-Fitzgerald Kennedy et Whitney Houston ! Ici, on s’allonge sur le lit métallique, on se laisse glisser puis enfermer dans le caisson (avec un « panic button » dans les mains, quand même..) et c’est parti pour une expérience dans le noir complet, avec la bande-son imaginaire et les odeurs qui reconstituent les quatre dernières minutes de vie des deux icônes. Pour Whitney, on l’entend chanter dans sa salle de bain, on sent l’alcool, la junk-food et le brûlé…
J’ai géré l’expérience en respirant profondément et en me rappelant que tout ceci n’était qu’une reconstitution… Mais je suis ravie de l’avoir tenté !

Notes on Blindness – Into Darkness (« Notes sur la cécité – dans l’obscurité »)

MDA-Blindness

Une émouvante interprétation en réalité virtuelle issue des enregistrements de l’écrivain John Holl, qui devint aveugle en quelques décennies. Pas emballée par le sujet que je trouvais assez anxiogène (oui, plus que dans la morgue…), j’ai été happée par la beauté des textes et le choix des images conçues par l’équipe de création. L’auteur décrit sa découverte des sons, la réalité parallèle créée par ces nouvelles perceptions, et le développement d’une sensibilité nouvelle à son environnement.
En images, ça donne un monde fait de petits points lumineux,chaque son devient un éclat de lumière, et où chaque éclat finit par former un objet, qui s’active si on le fixe du regard.
En guise d’épilogue, l’auteur, mort en 2015, se rend compte qu’il ne ressent même plus le besoin de voir ses petits-enfants, et conclut qu’être humain, ce n’est pas tant voir qu’aimer.

Et en quelques mots…

Nomads – Sea Gypsies (« Nomades – Les gitans de la mer »)MDA-Sea-Gypsies

Dix minutes d’immersion dans la vie quotidienne des Sama-Bajau, qui vivent sur la mer le long des côtes de Bornéo depuis des siècles. On observe les femmes et les enfants dans leurs maisons sur pilotis, on s’assoit dans la barque avec les pêcheurs, on écoute les chants et les rires, et on se retient de tendre la main pour palper l’eau.  Un lumineux voyage.

Can’t get enough of myself (« Jamais assez de moi-même »)

MDA-Santigold1On entre dans le clip de la chanteuse Santigold, qui conte avec humour l’ère du narcissisme, et propose de jouer le jeu à fond en introduisant votre visage partout dans son clip ! Non seulement la chanson est entraînante mais en plus on ne résiste pas à jouer à la star le temps d’un morceau.

Vous aussi vous pouvez y « jouer » sur cantgetenoughofmyself.webcam !

Late Shift

Film interactif

Un film interactif et un jeu en même temps. On se cale dans une petite salle de cinéma, écran tactile à la main, et on vote à la majorité pour orienter le personnage principal dans ses choix. L’extrait diffusé était d’une excellente qualité, que ce soit l’image, les acteurs ou l’histoire (ou plutôt l’infinité des histoires possibles). Le film complet est progressivement diffusé dans une élection de salles. Une réflexion interactive sur nos choix de vie, petits ou grands, qui font ce que nous sommes.

FRAMED

MDA-BDinteractive

Une histoire elle aussi interactive, mais en bande-dessinée cette fois. On change l’issue de l’histoire en réorganisant les cases. Le but, aider le voleur à échapper à la police !

Réalité virtuelle et… réalité tout court

Face à une technologie nouvelle que je découvrais, et surtout face à ces innombrables façons de raconter une histoire différemment, je me suis sentie comme les premiers spectateurs du cinéma, qui sortaient en courant de la tente de projection en voyant la locomotive entrer en gare de La CiotatFascinée et un peu inquiète par la force de ces sensations artificielles qui vous isolent du monde réel. Pour la partie comique, il faut voir de quoi on a l’air, assis côte-à-côte avec nos casques audio sur les oreilles et nos smartphones vissés sur le front… Quand on constate comme nous avons plongé dans nos smartphones actuels, à quelle vitesse ils ont bouleversé nos sociétés, on se demande ce que deviendra notre quotidien quand ces lunettes à 360° auront pris la même place, largement aidées par les grandes marques et leurs gros budgets marketing.

PHI_SensoryStories_017
En même temps, quand on veut bien jouer le jeu et qu’on laisse tomber sa réserve, l’immersion est bluffante de réalité, et donc d’émotions. Le terrain d’expérimentation artistique et humain qui s’ouvre est immense.
Je retiendrai cet axe de réflexion proposé autour de l’installation « Nomads – Sea Gypsies » : la réalité virtuelle renforce l’empathie du spectateur pour le personnage qu’il observe, elle peut donc être un moyen de comprendre la réalité de l’autre de façon plus complexe.

PHI_SensoryStories_042

Et pour preuve, mention spéciale aux médiateurs de l’exposition, qui gèrent la liste d’attente sur chaque stand, prennent l’initiative de venir vous chercher si une place se libère, s’occupent des appareils en cas de surchauffe ou de batterie faible, tout en renseignant sur le fond et en échangeant avec les visiteurs sur leurs impressions. Le tout en étant avenants et chaleureux malgré la fatigue qui s’accumule au fil des heures (on est très loin du gardien assis sur sa chaise, là). Rien ne se ferait sans eux.
Sans l’humain, décidément, l’expérience sensorielle ne serait pas la même.PHI_SensoryStories_027

Jusqu’au 21 août au Centre Phi, Montréal

Page web de l’expo (très bien faite)

 

Enregistrer

Pour me suivre :
Facebookgoogle_pluspinterestrsstumblrinstagram

Vous aimerez aussi :

  • Le Petit Palais a consacré une belle expo à l'estampe (le résultat imprimé d'une gravure), qui s'est terminée il y a maintenant deux mois. Après vous avoir présenté la première partie dédiée au japonais Kuniyoshi, voici la seconde partie : les maîtres de la gravure au 19e siècle, et leurs délires romantiques et macabres. Un univers que j'adore,  où les…
  • "Résidence artistique" : n.f. Artiste invité par une institution culturelle ou privée à séjourner en un lieu et pour une période donnée afin de réaliser une oeuvre, favoriser la création et l'exposition d’œuvres d'art ou de spectacles. Nous devrions tous pouvoir nous rendre dans un endroit, pour un temps donné, afin de lancer, faire mûrir ou aboutir un projet. Nous avons…
  • Au cœur de la Cité des Docks où les hipsters dansent sur le pont du Wanderlust, le Musée des arts ludiques m'a offert une très belle exposition sur les studios Aardman, les créateurs britanniques de Wallace et Gromit, Chicken Run, Les Pirates, Shaun le mouton et bien d'autres. En fait, les co-fondateurs Peter Lord et David Sproxton sont à la tête d'une incroyable…

3 comments

  1. sophie - 20 août 2016 09:16

    Peut etre que cette expo va voyager? Previens nous si elle arrive a Paris!

    Répondre
    • MDA MangeusedArt - 20 août 2016 19:27

      J’aimerais vraiment, j’ai envie de la montrer à tout le monde !! ^^

      Répondre
  2. marthe - 25 août 2016 16:48

    J’ai hâte d’expérimenter la réalité virtuelle avec de telles scénarios ! Est-ce que cela va décupler notre sensibilité, élargir notre personnalité ? Merci de ce formidable partage !

    Répondre

Have your say