Mangeuse d'Art

Et si on louait des œuvres d’art ?

Image loeuvreetlatelier.com

Permettre à l’art de rester abordable sans brader le travail de l’artiste : voilà le défi auquel tente de répondre L’Œuvre & l’Atelier. Cette galerie en ligne propose la location d’une œuvre d’art pour trois mois puis de bénéficier d’une offre préférentielle si on souhaite l’acheter. C’est la combinaison entre le lancement d’artistes en début de carrière et le lancement d’acheteurs et collectionneurs en herbe !

Le concept de location d’art

Juliette et Jean-Philippe sont respectivement artiste peintre et entrepreneur, et accessoirement jeunes parents. Ils se sont lancés dans l’aventure de L’œuvre et l’atelier parce qu’il leur manquait quelque chose dans le monde artistique : un bon consensus entre le vendeur, l’acheteur et le galeriste. Pour cela, ils ont eu l’idée qu’une boutique en ligne pourrait déjà être accessible au plus grand nombre, en leur évitant à eux l’investissement (dingue) dans un local d’exposition et de stockage.

Guillaume Montier, Etude de paysage, 2016

Puis ils ont fait un choix : leur site sera dans l’esprit d’une artothèque, comme les bibliothèques mais version créations artistiques, dont les plus connues sont situées à Caen, Troyes ou encore Reims. Les forfaits mensuels démarrent à partir de 30 euros, franchement raisonnable. Du côté de l’artiste, l’idée est de continuer à disposer des œuvres proposées hors des temps de location, pour pouvoir les conserver ou les exposer. Quant à la visibilité et l’image, Juliette se charge des portraits d’artistes et du blog pour les faire gagner en visibilité, et faire entrer l’amateur d’art au plus près de l’atelier (d’où le nom du site, vous suivez ?).

Les fondateurs devant un tableau de Juliette Lamarca

L’avis d’un artiste

Rien de mieux pour tester le concept que de questionner l’un des artistes partenaires du site. Pierre Roy-Camille est peintre et aime à croiser les disciplines : photo, impression, mode, streetart etc. Présent sur le site depuis la création il y a plus d’un an, cet adepte des univers romantiques contemporains réfléchit à haute voix à la place de cette démarche dans sa carrière… Oui, il croit dans le potentiel de diffusion d’Internet, mais garde l’habitude du contact direct avec les collectionneurs et les galeristes. « Je n’ai pas une approche très « sacrée » de mon travail. Je préfère que ma peinture existe, qu’elle soit regardée. Quand quelqu’un en profite, elle remplit sa fonction. » Du coup, il se dit que dans la location c’est un peu la même approche, l’œuvre remplit sa fonction. « Quand j’y réfléchis, ce qui me touche le plus, c’est quand quelqu’un achète alors que ce n’est pas dans ses moyens, c’est vraiment par amour pour l’œuvre », sourit-il.

« Je préfère que ma peinture existe, qu’elle soit regardée. Quand quelqu’un en profite, elle remplit sa fonction. » Pierre Roy-Camille, artiste

Pierre Roy-Camille nous présente deux des estampes proposées sur le site

C’est par la « qualité de la sélection » que Pierre a été convaincu par L’Œuvre & l’Atelier. Sur le site, il propose de très belles estampes numérotées et signées, qui valent d’être vues en « vrai ». Les prix : de 200€ à 300€ à la vente, 30€ par mois pour trois mois de location. Vraiment pas mal pour un artiste sorti des Beaux-Arts et qui a exposé un peu partout dans le monde.

Une estampe de Pierre Roy-Camille

Pierre Roy-Camille, Caravelle, 2015, Estampe

Juliette et Jean-Philippe avaient déjà une liste en tête quand ils ont démarré, puis ils ont découvert leurs talents en suivant l’actualité des foires et prix, en furetant dans les expos et sur Instagram. Parce qu’il n’y a pas qu’un seul marché pour l’art, ils ont choisi de proposer des artistes qui les passionnent, souvent des peintres, plutôt figuratifs, souvent de leur génération. Leurs clients préfèrent davantage les multiples (édités en plusieurs exemplaires) pour l’achat et des peintures uniques pour la location. Ils se font parfois offrir la peinture par leur proche après plusieurs mois de résidence. Un public un peu nouveau, à fort potentiel, que le site propose d’ajouter au réseau de l’artiste.

Terence Pique, « B, de la série Projeter un cube », 2012

De l’art équitable ?

Serait-ce donc ici de l’art équitable, puisque tout le monde semble y gagner ? Le terme Art équitable est né au début des années 2000 sur le modèle du commerce équitable, et s’entend comme la possibilité pour l’artiste et le public de s’entendre hors de toute marchandisation.

La réponse à la question est donc oui car la démarche vise une plus grande équité entre acheteur et vendeur, et oui en ce que la « prise de risque » est minimisée en amont. Toutefois l’ambition du site reste que la boutique tourne pour tout le monde, vendeur compris bien entendu, et que la vente de l’œuvre aboutisse.

On pourrait donc ici parler de marchandisation modérée, avec d’une part des prix qui restent accessibles et d’autre part des solutions intermédiaires pour ouvrir le marché au plus grand nombre. Une initiative audacieuse, mûrement réfléchie, qui mérite d’être saluée et qui ouvre la voie, je l’espère, à un tout nouveau public.

Vincent Gautier, Snearing bitches, 2015

Et cadeau du site L’Œuvre & l’Atelier :

10% de réduction pour tout achat d’une œuvre avec le code MANGEUSE 😉

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Pour me suivre :
Facebookgoogle_pluspinterestrsstumblrinstagram

Vous aimerez aussi :

  • C'est joli chez Paris est une photo : on y trouve des photos vintage, des cadres originaux faits main, et des artistes émergents ou confirmés qui ont shooté la capitale à leur manière. Le tout comme j'aime, c'est à dire accessible en termes de prix, de choix, d'espace et aussi d'accueil. Petite visite guidée au fond du magnifique passage couvert…
  • Jeudi  dernier, c'était la nouvelle édition des Jeudis Arty, un événement qui propose de découvrir en nocturne des galeries d'art du quartier du Marais. De quoi se faire des mini expositions tout en profitant de Paris. Voici deux galeries Passage des Gravilliers dont les tableaux valaient le détour. De nouveau et comme souvent, c'est la peinture qui a le plus…
  • Voilà un livre de recettes atypique. Mais que veut dire "cuisiner pour les artistes" ? L'auteure, Mina Stone, a un boulot assez sympa : elle prépare des repas par grandes tablées pour les équipes des studios new-yorkais. Dans son livre paru aux Etats-Unis en 2015, on y découvre l'art de cuisiner, mais pour les repas quotidiens des ateliers d'artistes. Une…
  • Le week-end prochain (29 et 30 octobre 2016), il y a deux belles actualités artistiques qui pourraient vous donner envie de pousser la route jusqu'en Normandie. A Deauville : concours photo "La 25ème heure" L'idée du thème est bien jolie : à l'heure du changement d'heure, le 29 octobre au soir, il sera deux fois minuit. Que faire de cette…
  • L'exposition Beauté Congo, installée à la Fondation Cartier pour l'art contemporain, est une des grandes expositions de l'année. L'une des rares à présenter la création artistique issue du continent africain. Malgré quelques réserves, non pas sur la qualité des œuvres mais sur le regard qui est proposé à travers cette sélection, Beauté Congo est une exposition dont on se souvient,…

Have your say